C’est notre cinquième jour d’affilée, et cette journée qui devait être une micro-étape se transforme rapidement en vraie petite étape…

Ajaccio - Verghia, 35 km (juste avant Portigliolo)

La vingtaine de km programmés se transforme en 35 km pour trouver le camping, mais heureusement, il n’y a aucune montée difficile. Le hic, c’est que comme on pensait parcourir une faible distance… on lève le camp à 11h sans se presser, en passant par le marché d’Ajaccio pour s’acheter un pique-nique. Alors forcément, on a roulé aux heures les plus chaudes de la journée…!

S’il n’y a pas de montée à signaler, la difficulté se trouve ailleurs sur cette étape : il faut sortir d’Ajaccio en passant par une nationale qui, avec ses doubles voies, ressemble à une autoroute. Et impossible de la contourner en passant par des chemins de traverse. Du coup, on roule sur une sorte de bande d’arrêt d’urgence pas vraiment plate, avec des voitures qui passent à 90 à l’heure et secouent un peu le vélo. Ces quelques km font vraiment râler, mais ensuite, on longe la côte sur une départementale qui ressemble à une longue vague, avec des descentes et montées régulières qui ne demandent aucun effort.

Plage près Verghia

Quand on atteint le camping de la Vallée, on trouve en fait une parcelle de terrain tout en longueur au pied d’une colline, qui n’a rien de spécial : c’est bon pour un break d’une nuit, mais pas plus ! Surtout qu’il semble y avoir une carrière à côté d’où arrivent d’énormes camions benne qui déboulent à grande vitesse en klaxonnant à tous les virages : pas franchement calme… [edit : il semble que c’était un chantier et que cette nuisance n’ait été que passagère !]  Mais la mer, elle, est très très belle !

Advertisements