You are currently browsing the tag archive for the ‘calanques de piana’ tag.

Petite journée pour se réconforter après la journée pluvieuse de la veille ! Bon en fait… il y a peu de kilomètres mais il y a les Calanques de Piana à traverser, soit un col de 491 mètres qui démarre dès la sortie de Porto.

Corse carte 023

Porto-Cargèse, 27 km

Au départ à Porto, on se fait alpaguer par des vacanciers qui nous disent « on vous a croisé hier avec vos ponchos, vous êtes bien courageux ! » Rebelote avec un grand-père qui aurait rêvé de le faire, ce tour de Corse, et qui nous pose mille questions sur l’équipement, sur les dénivelés et la difficulté… Ces encouragements nous vont droit au cœur, ça booste ! Pendant que nos supporters terminent leurs petits déjeuner en nous lançant des « à tout à l’heure au sommet alors ! », nous on s’installe sur nos destriers. La sortie de Porto est un bel avant-goût de ce qui nous attend pour atteindre le sommet, et la suite ne nous détrompe pas : la côte est particulièrement raide et elle grimpe sur 11km, il faut s’accrocher ! La course au sommet est harassante aujourd’hui, mais on retrouve nos supporters sur le chemin, ils nous font signe, nous encouragent, on sait déjà qu’on fera partie de leurs souvenirs de vacances !!!

Corse 2009 158

Arrivés au sommet des calanques... ouf !

Arrivés au sommet, les calanques sont toujours aussi impressionnantes. Roche rouge creusée par les vents (et l’eau, un jour ?), des formes et une couleur spectaculaires. Il paraît que le meilleur horaire pour admirer les roches, c’est au coucher du soleil après 20h. Tant pis pour nous, on repassera à l’heure dite dans un autre voyage, dans d’autres circonstances ! Avant de repartir, on échange quelques mots avec les vacanciers croisés à Porto : promesse tenue, on s’est bien retrouvé en haut ! (mais nous, on a mis un peu plus de temps pour y arriver…)

P1000778

Dommage, le ciel n'avait pas encore repris une teinte bleue !

Le prochain village après les calanques, c’est Piana. On  se ravitaille en vue du déjeuner : je me souviens que le camping où l’on va s’arrêter se situe 4 km avant Cargèse (avec une belle côte pour y accéder), et pour peu qu’on arrive à l’heure où la supérette du camping est fermée, on n’aurait pas grand chose à croûter. Le truc impensable pour un cyclotouriste !

Corse 2009 174

Biquettes on the road

Après Piana, à nous la descente-qui-tue-tout. Sur des kilomètres, au moins autant que pour la montée, on dévale à plus de 40km/h : un régal ! Mais je ne sais pas pourquoi c’est à chaque fois pareil : une dernière montée nous calme avant d’atteindre le camping. Il faut le dire, ces dernières montées, même si elles sont moins raides que les premières de la matinée, ce sont les plus chiantes parce qu’on n’a pas envie du tout, on veut juste arriver !

P1000796

Camping de Cargèse

Mais heureusement, on trouve à notre arrivée l’un des meilleurs campings du trajet : le camping de Torraccia. Les emplacements sont bien isolés les uns des autres, la vue est superbe et comble du bonheur pour le campeur itinérant : on peut squatter une table de pique-nique juste pour nous ! Vous n’imaginez pas à quel point manger assis à table peut manquer, certains jours ! Et puis tout est neuf, les sanitaires et la piscine avec ses transats qui n’attendaient que nous…

Corse 2009 179

Une table pour nos repas... un grand plus !

…dommage qu’à la ligne d’après, je vous suggère de ne pas vous arrêter à Cargèse. On a en effet regretté de s’arrêter si tôt : on aurait mieux fait de pousser jusqu’à Sagone pour équilibrer les trajets. Parce que du coup, il faudra parcourir plus de 60km le lendemain pour rejoindre Ajaccio… la suite au prochain épisode !

Publicités