You are currently browsing the tag archive for the ‘centuri’ tag.

Centuri - Saint Florent

Centuri - Saint Florent

Je ne vais pas vous mentir, avec l’effort de la veille ce deuxième jour nous a paru plutôt difficile…

On commence l’étape par une montée assez ardue de 4 km pour quitter le port de Centuri et rejoindre la départementale. Ce qui est difficile sur toute cette portion, c’est que le parcours est une succession de montées bien marquées et de descentes au niveau de la mer. En revanche, le paysage est magnifique !

Cap Corse, entre Centuri et Nonza

Cap Corse, entre Centuri et Nonza

Avec le recul, je n’arrive pas à savoir si ça nous a paru difficile parce que ce n’était que notre deuxième jour et qu’on n’était pas encore totalement « chauds » ou si ça l’était vraiment. Je suis preneuse des commentaires des cyclotouristes qui seraient passés par là ! En tous cas, on a croisé un australien avec sacoches à l’avant et à l’arrière du vélo, qui venait du fin fond du Portugal, avait traversé l’Espagne et s’apprêtait à rejoindre l’Italie après son passage en Corse. Il a déclaré que la Corse était la partie la plus difficile de son périple !

Entre Nonza et Saint Florent

Entre Nonza et Saint Florent

L’arrivée sur Saint Florent traîne un peu en longueur : l’étape se termine par une longue ligne droite qui en plus a le mauvais goût d’être un faux plat, puis la ville étant assez étendue, l’espoir d’être arrivé se dissipe après un ou deux km ! Le centre-ville n’est pas juste derrière le panneau Saint Florent, notez-le pour garder de l’énergie… Ici, en plus, on a choisi un camping à l’opposé de la route empruntée pour arriver… il s’agit du camping la Pinède, qui dispose d’une piscine très agréable. Les sanitaires sont corrects, mais les emplacements sont un peu boueux.

Au passage, n’oubliez pas le spray anti-moustique…

Histoire de ne pas être trop rudes avec nous-même, on a pris un jour de repos sur place le lendemain. Dans le coin, il y a quelques belles plages à visiter… on opte pour la facilité : en bateau pour la plage du Lodo (oui, on a renoncé à la randonnée de 5 heures ou au VTT dans le sentier rocailleux… nos vélos n’étaient pas adaptés ! et puis un jour de repos, c’est un jour de repos, quoi !)

Plage du Lodo

Plage du Lodo

La plage turquoise réserve quelques belles surprises, et le soir on a pu s’attaquer à deux ou trois spécialités corses comme la pizza au figatelli. Bon d’accord, italo-corse, la spécialité !!!

Publicités

En 2006, on avait fait cette étape en deux jours avec une halte à Maccinaggio. Cela faisait un premier parcours assez sympa de 37 km, sans trop de difficultés : une bonne manière de se mettre en jambes le premier jour ; puis le lendemain un second parcours de 25 km environ avec un col à 365 m. d’altitude.

Etape 1 Bastia - Centuri

Etape 1 Bastia - Centuri

Comme je vous le disais, la première partie entre Bastia et Maccinaggio est une excellente mise en jambe. On commence par une succession de montées et de descentes douces et notre moyenne est d’environ 20 km/h : tranquille !

C’est après Maccinaggio que ça se complique : la route se durcit, un premier col à passer à 240 m. d’altitude, une légère descente puis un second col à 365 m. J’avoue que quand on a passé le second col, on devient pressé de rejoindre Centuri !

Vue au-dessus de Maccinaggio

Vue au-dessus de Maccinaggio

Comme on n’est pas des fous du chrono, les pauses se sont faites nombreuses sur cette seconde partie. Après tout, c’est le premier jour ! Et puis, comme ce sera le cas tout au long du séjour, des touristes nous encouragent sur le bord de la route, descendent la fenêtre pour nous soutenir ou nous klaxonnent au passage (ce qu’on n’a pas toujours bien interprété, mais bon…!)

Le moulin Mattei, au niveau du Col de la Serra (365m)

Le moulin Mattei, au niveau du Col de la Serra (365m)

Après le Col de la Serra, ce n’est qu’une grande descente pour rejoindre le port de Centuri. On quitte la départementale pour une petite route communale. Cette descente est sans fin, après les km que l’on a dans les jambes, on n’apprécie même pas vraiment le fait de ne pas avoir à pédaler !

Centuri

Centuri

Quand enfin on arrive à Centuri, une dernière petite montée nous attend pour rejoindre le camping. On débarque vers 14h, sans avoir déjeuné. Fabien repart immédiatement chercher un sandwich (on aurait pu y penser quand on traversait le centre…), la pause casse-croûte devient vitale !

Conclusion : pour ce premier jour, on a été un peu bourrins. On aurait pu commencer plus doucement, ça n’aurait pas fait de mal à notre corps, et on serait arrivés à l’heure du déjeuner, tranquillement. En gros, on a roulé de 9h30 à 14h30 avec de nombreuses pauses, dont une au bar à Maccinaggio pour recharger les bidons.

Notre camping : il n’y en a qu’un, le camping de l’Isulottu. Les emplacement sont corrects, pas trop grands non plus mais abrités. La route peut s’avérer un peu gênante, mais il y a très peu de circulation. Sanitaires ok aussi.